Mission Impossible 5 (Christopher McQuarrie) - 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Mission Impossible 5 (Christopher McQuarrie) - 2015

Message par Sidewinder le Mer 31 Déc - 11:00

Mission Impossible 5 de Christopher McQuarrie





PAYS : États-Unis

ANNÉE DE PRODUCTION : 2015

DATE DE SORTIE : 23 décembre 2015

GENRE : Action, Aventure, Thriller

REALISATEUR : Christopher McQuarrie

ACTEURS : Tom Cruise, Paula Patton, Jeremy Renner, Simon Pegg, Rebecca Ferguson, Alec Baldwin, Ving Rhames, Sean Harris, America Olivo, Simon McBurney, Saif Al-Warith, Jingchu Zhang, Hermione Corfield, Sean Cronin, Stella Stocker

PRODUCTEURS : J.J. Abrams, Tom Cruise, David Ellison

DISTRIBUTEUR : Paramount Pictures

STUDIO :  Paramount Pictures, Skydance Productions, Bad Robot, Cruise/Wagner Productions

SCENARISTE : Drew Pearce, Will Staples

MUSIQUE : Joe Kraemer

DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE : Robert Elswit

DECORS : James D. Bissell

MONTAGE : Eddie Hamilton

DISTRIBUTION DES ROLES : Mindy Marin, Lucinda Syson

COSTUMES : Mollie Barr

RESUME :

_________________
avatar
Sidewinder
Digibook
Digibook

Masculin
Nombre de messages : 3435
Age : 38
Localisation : Alsace
Loisirs : Cinéma, DVD et Blu-Ray !
Date d'inscription : 09/07/2007

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Mission Impossible 5 (Christopher McQuarrie) - 2015

Message par Jabberwock le Mer 31 Déc - 13:22

un des films que j'attends pour 2015
le 4e avait bien relevé le niveau je trouve par rapport au 3e ^^
avatar
Jabberwock
Digibook
Digibook

Masculin
Nombre de messages : 3294
Age : 32
Localisation : Nantes
Loisirs : ciné, mangas, jeux vidéo
Date d'inscription : 04/10/2013

http://lavalleedublabla.frbb.net/forum

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Mission Impossible 5 (Christopher McQuarrie) - 2015

Message par theyoubot le Ven 28 Aoû - 5:14

Vue d'ensemble de la franchise
Attention, ce message contient de nombreux spoilers. Ne pas lire si vous n'avez pas vu les 5 films




Film
3 4 5 1 2


5.. / 6   MI-3. Action 6 / 6, caractérisation 4,5 / 6, bonus 5 / 6  
4,5 / 6   MI-4. Action 6 / 6, caractérisation 2,5 / 6, bonus 5 / 6
4.. / 6   MI-5. Action 5 / 6, caractérisation 2,5 / 6, bonus 5 / 6
4.. / 6   MI-1. Action 3 / 6, caractérisation 4 / 6, bonus 6 / 6. Le reste a méchamment vieilli.
1.. / 6   MI-2. Action 1,5 / 6, caractérisation 0 / 6, bonus 5 / 6

Détails :



Action


Morceau de bravoure


  • 4 / 6 MI-1 (piratage Langley. En 1996 : 6 / 6)
  • 2 / 6 MI-2 (poursuite moto vs voitures)
  • 5 / 6 MI-3 (Vatican)
  • 5 / 6 MI-4 (Burj Khalifa)
  • 5 / 6 MI-5 (opéra)


Affrontement final


  • 3 / 6 MI-1 (sur l’Euro star)
  • 0 / 6 MI-2 (moto vs moto, combat plage)
  • 4 / 6 MI-3 (affaibli)
  • 5 / 6 MI-4 (auto silo)
  • 4 / 6 MI-5 (fusillade, combat couteaux)


Autres


  •  - / 6 MI-1 (pas d'autres scènes)
  • 1 / 6 MI-2 (polka des cabriolets 0 / 6, effraction Biocyte 2 / 6, gunfight Biocyte 0 / 6, base 0 / 6)
  • 6 / 6 MI-3 (attaque de l'entrepôt 6 / 6, poursuite hélicos 4 / 6, attaque du pont 5,5 / 6, vol Rabbit's Foot 5 / 6)
  • 4 / 6 MI-4 (fusillade Moscou 5 / 6, catfight 1,5 / 6, poursuite tempête de sable 4 / 6, effraction supercalculateur 4 / 6)
  • 4 / 6 MI-5 (bagarre tortionnaires 4 / 6, vol fichiers au Maroc 4 / 6, poursuite auto vs motos 5 / 6, poursuite moto vs motos 2 / 6)






Caractérisation, épaisseur psychologique


Bad Guy


  • 4 / 6 MI-1 (Jon Voight, affectueux, déprimé. 3 bons dialogues)
  • 0 / 6 MI-2 (Dougray Scott, début nul, fin nanardesque)
  • 4,5 / 6 MI-3 (Philip Seymour Offman, interprêtation classe. Jeu, voix. L'écriture de la férocité sous jacente. Assez de métrage)
  • 0 / 6 MI-4 (Michael Nyqvist, pratiquement pas de dialogue, bon rictus haineux)
  • 0 / 6 MI-5 (Sean Harris, bon style, bonne sale gueule de prédateur. 1 demi dialogue)


Personnage féminin


  • 1 / 6 MI-1 (Emmanuelle Béart, scrupules. 1 dialogue)
  • 1 / 6 MI-2 (Thandie Newton, réticences initiales)
  • 4 / 6 MI-3 (Michelle Monaghan, sonne juste, attachante, non espionne, métrage suffisant, enjeu central)
  • 1 / 6 MI-4 (Paula Patton, quelques répliques d'empathie autour de la vengeance)
  • 1,5 / 6 MI-5 (Rebecca Ferguson, probité, désenchantement. 1 dialogue)


Co-équipier


  • 0 / 6 MI-1 (Ving Rhames, rebelle. 2 répliques passable à la fin)
  • 0 / 6 MI-2 (Ving Rhames)
  • 0,5 / 6 MI-3 (Simon Pegg, inquiet 1 / 6, Ving Rhames 0 / 6)
  • 3 / 6 MI-4 (Simon Pegg, petites touches de comédie 3 / 6. Jeremy Renner, culpabilité, un dialogue 1 / 6)
  • 2 / 6 MI-5 (Simon Pegg trouille durant poursuite auto 2 / 6, Jeremy Renner 0 / 6, Ving Rhames 0 / 6)


Boss de IMF

Rien de notable. Cliché du con borné qui traque ses propres agents pourtant loyaux  (MI-1, 3, 5) alternant avec un cadre anecdotique (Anthony Hopkins MI-2, Tom Wilkinson MI-4)




Bonus


Pré générique


  • 0 / 6 MI-1 (interrogatoire)
  • 5 / 6 MI-2 (avion, escalade)
  • 5 / 6 MI-3 (interrogatoire)
  • 4 / 6 MI-4 (prison)
  • 5 / 6 MI-5 (avion cargo)


Autres


  • 6 / 6 MI-1 (utilisation du thème musical de Schifrin, renversement situation ambassade, plan final de Cruise)
  • 5 / 6 MI-2 (première scène Thandie Newton 5 / 6, hippodrome 0 / 6, rapt PDG 1 / 6)
  • 4 / 6 MI-3 (évasion finale 3 / 6, repérage Monaghan 4 / 6, sauvetage par Monaghan 4 / 6)
  • 5 / 6 MI-4 (Kremlin 5 / 6, hôpital 5 / 6, ruse double RV hôtel 2 / 6, numéro de charme réception Mumbaï 0 / 6)
  • 4 / 6 MI-5 (tentative de capture à Cuba 1 / 6, scène avec le premier ministre 4 / 6)
avatar
theyoubot
Bootleg
Bootleg

Masculin
Nombre de messages : 6270
Age : 33
Localisation : Bordeaux
Emploi : Expert en procrastination
Loisirs : Ciné et tricot
Date d'inscription : 01/07/2007

http://www.youtube.com/TheYouBot

Revenir en haut Aller en bas

default Re: Mission Impossible 5 (Christopher McQuarrie) - 2015

Message par theyoubot le Ven 28 Aoû - 5:19

Certaines scènes d'action de Mission Impossible 5 auraient paru plus impressionnantes dans un film sans rapport avec Mission Impossible. Je ressens une certaine usure des personnages et de l'univers de la franchise. Je l'attribue au fait qu'on a vu Ethan Hunt accomplir trop de choses extraordinaires dans les films précédents. On a 'usé' le héros. Un problème que j'ai rencontré avec plusieurs franchises. Notamment les James Bond



Quand on a vu une vingtaine de James Bond, le perso de 007 est tellement usé qu'il devient un handicap pour le film (financement mis à part).  On s'en tamponne le coquillard de le voir pour la cinquantième fois faire des prouesses en bagnole ou avec un flingue.
Pourtant, les premiers James Bond qu'on voit sont souvent distrayants : les aptitudes et l'aura d'un super héros dans un être humain normal, plein de gadgets cools, et les méchants finissent entre 4 planches. Mais au bout de quelques opus, 3 ou 4 dans mon cas, on se lasse. Le personnage évolue peu, voire pas du tout. Quel mal y a-t-il à ce qu'un personnage n'évolue pas ? Mêmes émotions signifie peu ou prou même type de relations et mêmes situations. Malgré les efforts des producteurs et les changements d'acteur principal, les films de James Bond présentent entre eux beaucoup de similitudes.

Hélas pour les scénaristes, un personnage qui évolue est difficile à concevoir. S'il change, il ne colle plus à tout un tas de situations. La chute de Matrix 1 est géniale, mais tu es bien emmerdé quand tu essaies d'écrire un combat non ridicule pour le 2. Donc, les scénaristes figent souvent le héros dans ses aptitudes et sa situation générale. La suite peut alors reprendre tous les ingrédients du premier. Un nouveau vampire pour Blade, un nouveau terroriste pour John McClane, une nouvelle chasse au trésor pour Gates. Aprés l'excellent Mission Impossible 3, les producteurs ont rebooté Ethan Hunt en un athlète suicidaire et sans attaches, en gros James Bond. Ça peut marcher deux ou trois fois. Mais au-delà ? Terminator 5 est un mélange soigné du 1 et du 2, mais le problème, c'est qu'on a déjà vu le 1 et le 2.  

Un écrivain a le même problème. Un personnage qui évolue beaucoup entre la première et la dernière page est une des marques distinctives des grands bouquins. Mais c'est difficile à faire. Dans les romans à héros récurrents, les polars par exemple, l'auteur renonce à faire évoluer le personnage principal et le fige : métier, finances, centres d'intérêt, personnalité etc. C'est facile à écrire (le héros est indéfiniment compatible avec le même style de scènes), souvent agréable à lire, mais le lectorat sent qu'il manque quelque chose.
Autre stratégie, le récit choral. Exemple : le trône de fer. Chaque personnage n'a que 5 scènes par tome. Chaque tome tourne sur une douzaine de personnages "limités" chacun à 5 scènes. Heureusement, cette stratégie d'écriture est rare au cinéma. Les films qui s'en servent en payent le prix en se privant d'un personnage principal fort, dont on partage les émotions et l'itinéraire.

Quelques héros qui présentaient des signes de fatigue au 4° volet ou qui se sont sagement arrêtés au 3 : L'arme fatale, John McCLane, Bourne, Indiana Jones, Benjamin Gates, Marty McFly, Jack Sparrow, Blade, Spider-Man (Maguire), Iron Man, Wolverine, Ripley, Harry Potter, Matrix, Karate Kid, Underworld, Mad Max (Gibson), American Pie.
avatar
theyoubot
Bootleg
Bootleg

Masculin
Nombre de messages : 6270
Age : 33
Localisation : Bordeaux
Emploi : Expert en procrastination
Loisirs : Ciné et tricot
Date d'inscription : 01/07/2007

http://www.youtube.com/TheYouBot

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum